Accueil > Le franciscanisme dans l’histoire, l’art et la culture > Le petit pauvre, François d’Assise

Le petit pauvre, François d’Assise

Les Tréteaux du Monde (www.lestreteauxdumonde.com), une compagnie fondée par Djamel Guesmi présente la pièce "le petit pauvre, François d’Assise", dans la chapelle de l’Hôpital de la Pitié-Salpêtrière à Paris.
La vie de saint François d’Assise dans une pièce écrite par Jacques Copeau (dont Albert Camus avait dit : il y a "un avant" et "un après" Jacques Copeau !) !
En 1925, Jacques Copeau (1879-1950) s’était converti au catholicisme, sous l’influence de Paul Claudel. Ce qui orientera sa vie et son oeuvre. Il avait été impressionné par le personnage de François d’Assise. Son testament dramatique et spirituel est incontestablement ce Petit pauvre auquel il travaille de tout son art et de tout son coeur. C’est que, pour réaliser son oeuvre, Jacques Copeau a rassemblé tous les atouts : d’abord une documentation (Il a su réaliser une exploitation intellligente et sûre des sources connues à son époque), ensuite la langue, admirable de limpidité et d’élégance...
Djamel Guesmi qui a créé ce spectacle voici quatorze ans, a tenu à le redonner une nouvelle fois, tellement il est habité par François d’Assise.
Jacques Copeau lui fait dire dans la pièce : "Dieu m’a permis de goûter les prémices de la joie, et je crois que je suis sur le point de la posséder pour jamais"...
Pour cette fois-ci, Djamel Guesmi a investi l’une des quatre chapelles qui constituent la grande chapelle de l’Hôpital, construite sur les plans de Le Vau, à la fin du XVIIème siècle. Aucun décor, sinon celui des murs en pierre, quelques projecteurs et six candélabres : impressionnant de beauté et de rigueur, bien ajusté au message donné par la vie de François d’Assise.
Le texte de la pièce est très beau, la troupe le joue avec talent, conviction et joie dans le coeur ! Le ton est remarquablement juste et authentique : les acteurs, et notamment bien sûr Djamel Guesmi, sont imprégnés profondément par cette évocation de François... Le message franciscain est donné là avec feu et dans une grande tonalité de foi.
Un spectacle que nous n’hésitons pas à recommander !

Un seul bémol cependant : la chapelle n’est pas chauffée. La troupe a la gentillesse de distribuer des couvertures et du thé en intermède, mais il faut penser à s’habiller bien chaudement avant le spectacle...

Dates : du vendredi 2 décembre 2016 au dimanche 26 février 2017
Lieu : Chapelle de la Pitié-Salpêtrière (Paris -13°)
Horaire : 20h30 les vendredis et samedis et 15h30 les dimanches
(relâche le 15/01 et le 12/02)