Accueil > Etudes Franciscaines, la revue > 2014 -Etudes Franciscaines : le numéro 2 de l’année 2014

2014 -Etudes Franciscaines : le numéro 2 de l’année 2014

Numéro disponible sur demande à la Bibliothèque franciscaine des Capucins - 32 rue Boissonade - Paris 14°.

Pour prendre connaissance du contenu de ce numéro :

PDF - 217.5 ko
le sommaire de ce numéro

Le Sommaire de ce numéro est particulièrement fourni.

Il vaut la peine de noter, cependant, la poursuite de l’entreprise commencée en 2009 (n° 2009 - fascicule 2) de la traduction des Prologues du Commentaire des Sentences de Saint Bonaventure, rédigés au début des années 1250. (traduction André Ménard - révision Laure Solignac)

Nous attirons, aussi, votre attention sur un article particulier et bien original. Nous pensons que toute personne intéressée, existentiellement, par le charisme franciscain peut en tirer un grand profit personnel : cet article est intitulé "Penser en franciscain".

Il s’agit d’un entretien donné pour Etudes Franciscaines par deux "bonaventuriens", bien connus de notre Bibliothèque : Emmanuel Falque, auteur de "St Bonaventure et l’entrée de Dieu en Théologie" et de nombreux autres articles sur des penseurs franciscains, et Laure Solignac, auteur de "La Théologie symbolique de St Bonaventure" et de "La Voie de la Ressemblance. Itinéraire dans la pensée de St Bonaventure".

Au-delà du romantisme d’un St François parlant aux oiseaux, quelle est en vérité l’originalité de la pensée franciscaine ? Quelles sont les dispositions et les accents intérieurs de la pensée greffée sur la vie franciscaine, pour nous, aujourd’hui ?

« Rien davantage que la "doctrine des sens spirituels" ne dit ce qu’il en est, à nos yeux, de « vivre » et de penser en franciscain. Nos sens spirituels en effet « ne sont pas d’autres sens que nos sens corporels », mais « ces mêmes sens corporels dans la mesure où ils se conforment à la figure du Christ ». Dit autrement, aujourd’hui comme hier, le franciscain atteste qu’il peut « voir Dieu » dans son frère, « entendre Dieu » dans la Parole, « goûter Dieu » dans l’Eucharistie, « l’humer » dans la bonne odeur de l’encens et « l’étreindre » dans la prière ».